Etudes


Comparaison au Large White de 4 races locales porcines françaises pour les performances de croissance, de carcasse et de qualité de viande (Labroue et al., 2000).

Cette étude menée par l’ITP montre les faibles performances de croissance des races locales par rapport au témoin Large White. Le Basque se situe au niveau du Gascon avec les vitesses de croissance les plus faibles (GMQ 30-150 kg d’environ 450g/j). Les analyses biochimiques révèlent que la viande issues des races locales contient davantage de lipides intramusculaires (3.9% pour le porc basque contre 1.9% pour le Large White. La proportion d’acides gras saturés dans le gras de bardière confère aux races locales une bonne aptitude à la transformation en produits de salaison. Les tests organoleptiques sur rôtis soulignent la texture plus grasse et moins ferme des rôtis issus de races locales, expliquant sans doute la préférence des consommateurs pour ces rôtis. Le Basque se situe en [seconde position pour les intentions de reconsommation derrière le Limousin. Enfin, une finition de type extensive freine les performances de croissance, mais permet l’obtention de carcasses moins adipeuses. En conclusion, les races locales se distinguent du Large White en termes de performances de croissance et qualité de viande, et sont particulièrement adaptées à la transformation en produits haut de gamme. Télécharger l’étude en cliquant sur le titre.

Étude des performances de reproduction de 5 races locales porcines françaises (Labroue et al., 2000)

Les données de 6031 portées des cinq races locales porcines françaises (Basque, Bayeux, Gascon, Limousin et Blanc de l’ouest) ont été analysées pour étudier deux variables de taille de portée (nombres de porcelets nés vivants ou sevrés par portée). Les résultats soulignent la nécessité de pratiquer un minimum de sélection sur la taille de portée puisque ce caractère est en train de se dégrader (-0,036 porcelet né vivant par an et -0,029 porcelet sevré par an). De plus, l’amélioration de la taille de portée peut aussi venir de la conduite d’élevage, et notamment d’une réforme plus précoce des truies (vers le septième rang de portée). Parallèlement, une première approche des caractéristiques physiologiques de la reproduction a été réalisée sur 12 truies (6 primipares et 6 multipares) et 19 cochettes basques : la puberté appa- raît vers l’âge de 260 jours, les chaleurs durent 64 heures et l’ovulation intervient 53 heures en moyenne après le début des chaleurs. Ces valeurs sont différentes de celles rencontrées chez les types génétiques couramment utilisés et conduisent à proposer des adaptations du programme d’insémination. Il apparaît souhaitable de faire la même démarche pour les autres races locales, afin d’adapter les techniques modernes de reproduction à ces types génétiques particuliers.

Télécharger l’étude en cliquant sur le titre.

Les races locales porcines françaises (Florence Labroue et Michel Luquet, Techniporc vol.22, n°1, 1999)

Caractérisation de gènes responsables de l’adiposité des carcasses - comparaison porc Basque/ Large White (Alfonso et al., 2004, texte en anglais)

Fatness is a highly heritable quantitative trait strongly influenced by the environment, so only mutations with very large effects are likely to be detected (Keightley, 1995). Breeds with a high adipose development offer an opportunity for this detection. An example is the Basque Black Pied, one of those pig breeds that have lost its productive role during the last century (Iriarte and Alfonso, 2000). The Basque breed exhibited an early and higher adipose development and a higher activity of enzymes responsible for lipid synthesis than selected pig populations (Alfonso et al., 2005). Laval et al. (2000), in a study of pig genetic diversity, indicated that the Basque breed appeared to be the most unique in the set of eleven pig breeds originating from six European countries they analysed. So, the Basque Black Pied can be considered as an interesting pig population to analyse candidate genes of fat tissue development. Several candidate genes, mapped functional genes related to the expression of a trait, have been suggested to explain pig fatness. Four of them are characterised in this work : the Heart Fatty Acid-Binding Protein (H-FABP), the Adipocyte Fatty Acid-Binding Protein (A-FABP), the Porcine Leptin Receptor (LEPR) and the Porcine Leptin (LEP). Associations between them and intramuscular fat content and backfat thickness have been found in different studies (Estany et al., 2002 ; Gerbens et al., 1998 ; Gerbens et al., 1999 ; Kennes et al., 2001). Télécharger l’étude en cliquant sur le titre.

Diversité génétique observée sur quelques races porcines européennes (Laval et al., 2000)

Un ensemble de onze races porcines en provenance de six pays européens, et incluant un petit échantillon de sangliers, a été choisi pour une étude de diversité génétique. Cette diversité a été évaluée sur la base de 18 marqueurs microsatel- lites typés sur un total de 467 échantillons d’ADN. Les races étudiées manifestent un taux d’hétérozygotie allant de 0,35 à 0,60. Les locus sont en équilibre de Hardy-Weinberg à l’exception du cas des races allemandes Landrace et Schwäbisch-Hällisches, qui manifestent un déficit d’hétérozygotes. L’indice de différenciation entre races est élevé, avec un FST global de 0,27. Les distances génétiques entre races ont d’abord été utilisées pour construire des arbres phylo- génétiques, mais aucune phylogénie fiable n’a pu être établie entre les races. Les mêmes distances ont ensuite été utili- sées pour mesurer la diversité génétique globale de l’ensemble et évaluer la perte marginale de diversité associée à chacune des races étudiées. De ce point de vue, la race française Basque apparaît comme la plus originale dans l’ensemble considéré. Cette étude, qui reste à étendre à un plus grand nombre de races européennes, indique que l’utili- sation des distances entre races animales domestiques dans une approche taxonomique classique risque d’avoir un faible pouvoir de résolution, mais souligne l’intérêt de les utiliser plutôt pour des évaluations prospectives de diversité.

Télécharger l’étude en cliquant sur le titre.

Comparative description of growth, fat deposition, carcass and meat quality characteristics of Basque and Large White pigs (Alfonso et al., 2005)

Characteristics of growth, fat deposition, carcass and meat quality of pigs from the Basque Black Pied breed were described and compared with those of Large White pigs. Four pens, two per breed, of eleven pigs born during the same two week period, were simultaneously fattened and slaugh- tered, under the same conditions. The experiment was carried out over a fixed duration (124 days) and slaughter was carried out at a fixed average age (202 days). Basque pigs showed lower growth and feed efficiency and higher backfat depth (2.6 vs. 1.7 cm, P < 0.001) than Large White pigs. The difference was especially noticeable in the middle subcutaneous fat layer (0.5 cm, P < 0.001). The meat of Basque pigs was darker, redder, more marbled, and with higher pH values than in Large White pigs. Differences in fatty acid composition were observed between breeds but they were not statistically significant (P > 0.05) because of high variability observed between animals. The Basque breed exhib- ited an early and higher adipose development and a higher activity of enzymes responsible for lipid synthesis than the Large White. The diameter of intramuscular adipose cells was larger in Basque (40.2 vs. 33.0 μm, P < 0.001) than in Large White pigs. The results show the particular characteristics of the Basque breed as compared to pig lines highly selected for lean growth efficiency.

Télécharger l’étude en cliquant sur le titre.

Alternative breeds, summary of the report on the preliminary screening - sensory assessment and expert panel evaluation, Margit Dall Aaslyng, 2008

Meat from the following breeds/cross-breeds : Antonius, Basque, Berkshire UK, Berkshire USA, Duroc, Hampshire, Iberian, Mangalitza, Old Glouster Spotted, black-and-white Danish country breed, black-and-whitexDuroc, and Standard Danish fatteners were sensory assessed by a trained panel and by an expert panel. The examination included the back cooked as chops and tenderloin cooked as roast in a roasting bag. The meat was bought, which means that neither feeding, growth nor slaughtering was standardized. Thus, a part of the variations found could be caused by other conditions than genetic conditions. Especially the content of intra muscular fat (IMF) and pigment varied between the breeds. IMF varied from 0.9% (Hampshire) to 7.5% (Mangalitza). One single Mangalitza had an IMF of 11.8%. Mangalitza also had the highest content of pigment (61.8 ppm), while Standard had the lowest content (19.0 ppm). However, many of the breeds did not differ from Standard neither in IMF nor in pigment. pH varied from 5.43 (Hampshire) to 5.7 (Basque and Berkshire USA). Many of the breeds differed distinctively from Standard especially considering colour and flavour characteristics. Basque and Mangalitza had a more fried flavour, but also other flavour distinctions as nut flavour and oily/greased flavour. Differences were also found in tenderness and juiciness, and again Mangalitza and Basque differed by being distinctly more tender and juicy than Standard. Télécharger l’étude en cliquant sur le titre.

Races alternatives, résumé du rapport préliminaire - analyse sensorielle et évaluation par un jury d’experts, Margit Dall Aaslyng, 2008

Même étude que ci-dessus, version française.

De la viande issue des races / croisements suivants a été soumise à analyse sensorielle par un jury entraîné et un jury expert : : Antonius, Basque, Berkshire UK, Berkshire USA, Duroc, Hampshire, Iberique, Mangalitza, Old Glouster Spotted, black-and-white Danish country breed, black-and-whitexDuroc, et porcs charcutiers Standard Danish. L’examen a inclu la longe cuite en côte et en filet rôti. La viande a été achetée, ce qui signifie que ni l’alimentation, ni la croissance ni l’abattage n’ont été standardisés. Par conséquent, une partie des variations constatées peut avoir d’autres causes que la génétique. Le contenu en gras intramusculaire (intra muscular fat IMF) et en pigment varie particulièrement entre les races. L’IMF a varié de 0.9% (Hampshire) à 7.5% (Mangalitza). Un individu Mangalitza en particulier a eu un IMF de 11.8%. Le Mangalitza a également obtenu la plus haute valeur de teneur en pigment (61.8 ppm), alors que le Standard a eu la plus faible valeur (19.0 ppm). Cependant, de nombreuses races n’ont pas différé du Standard ni pour l’IMF, ni pour la teneur en pigment. Le pH a varié de 5.43 (Hampshire) à 5.7 (Basque et Berkshire USA). De nombreuses races ont différé significativement du Standard particulièrement pour les critères de couleur et flaveur. Le Basque et le Mangalitza ont eu une flaveur de frit prononcée, mais également d’autres caractéristiques comme une flaveur de noix et une flaveur d’huile/graisse. Des différences ont également été constatées pour la tendreté et la jutosité, et encore une fois le Mangalitza et le Basque ont différé significativement en étant plus tendre et juteux que le Standard. Télécharger l’étude en cliquant sur le titre.

Techniporc Article sur les races locales (Herveline Lenoir, Marie-José Mercat 2008).